CRIME SCENE (PART 4)

Mutisme et soumission. Tendre les poignets. Se retourner. Croire faillir et vomir. La piqûre s’étiole dans un seau vide. Aussi vide d’absence de bile que de sentiments. Il est temps de jouir. De briser le temps et les tabous, de goûter à être vraiment au-delà. Pas marginal, non. Au-delà, du bien et du mal.

L’officier scrute le regard de son haleine bièreuse de campagne crasse. Méprisable de fonctionnalité. Conformé et sans attentes. Aveugle du ruban assoiffé de son clavier mécanique, il écrira sans comprendre la faute.

Le mépris populaire, sa vindicte. L’ignorer d’avance, et lui répondre avec condescendence. Une faveur pour retourner vite dans la moiteur de soi. Attendre avec les hommes, avec joie, devenir un homme de joie. Sentir l’imminence encore, les désirer en les détestant déjà.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.